Protocole PIEVC: contexte, statut et nouvelles orientations

Le 25 août 2022, Ernesto Rodriguez-Sanchez, consultant en adaptation et en résilience, a participé au premier webinaire d’une série portant sur le protocole PIEVC organisée par l’Institut du Risque Climatique (CRI), l’Institut de Prévention des Sinistres Catastrophiques (ICLR), en partenariat avec l’Agence de Coopération Internationale Allemande pour le Développement (GIZ). Ce premier échange a permis de prendre connaissance du projet d’amélioration des services climatiques pour les investissements dans les infrastructures (CSI) et de lancer un réseau mondial de praticiens du PIEVC.

Les points clés suivants sont ressortis lors de l’activité :

➡ La communauté mondiale du PIEVC s’est agrandie ces dernières années et à par conséqunt permis de nouveaux partenariqats stratégiques tels que celui de la CRI et de la GIZ. En effet, le projet d’amélioration des services climatiques pour les investissements dans les infrastructures (Enhancing climate services for infrastructure investment – CSI) est un des nombreux projets de collaboration internationaux de la GIZ. Ce projet a intégré et développé le protocole PIEVC en tant qu’outil d’évaluation participative des risques adapté aux besoins de la planification et de la gestion des infrastructures face aux changements climatiques des pays partenaires (Brésil, Costa Rica et Vietnam).

➡ Le PIEVC, en tant qu’outil de gestion de risques climatiques, fait partie de l’écosystème de services de données climatiques du CSI (Climate data services). Cette approche a montré son efficacité pour faciliter la conversation entre les responsables des projets d’infrastructure d’un pays tout en renforçant les capacités au niveau local vers le bâtissage d’infrastructures plus résilientes et des investissements à l’épreuve des changements climatiques.
➡ Des exemples de l’application du PIEVC en Costa Rica et Vietnam ont permis de présenter la manière dans laquelle les administrations publiques de ces pays ont avantageusement intégré les risques climatiques dans la planification des infrastructures. Même si la flexibilité reconnue de l’outil rend la gestion des risques climatiques moins lourde et complexe, il reste encore du chemin pour améliorer son approche participative qui favoriserait une meilleure prise en compte des connaissances locales.

CCG félicite ce partenariat stratégique entre la CRI, l’ICLR et la GIZ qui met en valeur l’expertise canadienne à l’échelle mondiale en matière d’action climatique pour faire avancer la prise de décisions fondées sur une pensée systémique dans la résilience des infrastructures.

Lien vers la série de webinaire: https://climateriskinstitute.ca/2022/07/26/climate-change-vulnerability-and-risk-assessment-infrastructure-webinar-series/

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *