Adaptation

Retour sur le Plan d’adaptation de la Municipalité de l’Islet

En bref
CCG Service
Démarche d’adaptation
Endroit
Islet, QC, Canada
En chiffres
3897 habitants à la Municipalité de l’Islet
Près de 60 personnes présentes aux ateliers

Le contexte

En 2017-2018, CCG a réalisé le plan d’adaptation de la Municipalité de l’Islet (3 787 habitants) située dans la MRC de l’Islet, dans la région de Chaudière-Appalaches.

La Municipalité borde le Fleuve Saint-Laurent et elle est notamment connue pour son musée maritime. La proximité avec le fleuve est la raison pour laquelle les élus de la municipalité souhaitaient connaître les risques liés aux changements climatiques, notamment en ce qui concerne le risque d’inondation lié à la montée du niveau de l’eau.

Les étapes de la démarche

Ainsi CCG a réalisé dans un premier temps l’analyse des risques et de vulnérabilités aux changements climatiques, en rapport avec différents aléas climatiques passés, présents et futurs et leurs conséquences sur le territoire. Les vulnérabilités ont été classifiées en quatre catégories : économique, environnement naturel, environnement bâti, santé publique et service aux citoyens. Cette analyse a pu faire ressortir qu’à court et moyen terme, d’autres enjeux sont plus pressants que la montée du niveau du fleuve, comme par exemple une diminution de la quantité ou de la qualité de l’eau potable ou encore une accélération du l’érosion des rives.

Dans un deuxième temps, CCG a développé en collaboration étroite avec la municipalité un plan d’adaptation composé d’une vision, d’orientation et d’un plan d’actions permettant de réduire la vulnérabilité du territoire aux impacts futurs des changements climatiques. Ainsi, ce sont 32 mesures qui ont été retenues, et qui peuvent être consultées en intégralité sur le site Phareclimat.com.

L’intégration des considérations citoyennes

CCG s’est appuyé sur le guide d’Ouranos « Élaborer un plan d’adaptation aux changements climatiques » que nous avons complété par le guide de ICLEI « Climat changeant, collectivités changeantes ». Dans chacune des étapes, CCG a organisé une consultation avec les parties prenantes et les citoyens dans une approche inclusive, gage de pérennité de la démarche. Ces activités ont permis de comprendre la perception des risques climatiques par les acteurs du territoire et de bonifier les mesures du plan d’action. Au total, ce sont près de 60 personnes qui étaient présentes et qui ont ainsi pu enrichir l’initiative de leurs suggestions et recommandations. 

L’impact

Globalement le plan d’adaptation a permis de mettre en place de nombreuses initiatives. On note par exemple les activités de distribution d’arbres pour aider à la stabilisation des berges, les campagnes de sensibilisation auprès des citoyens sur les risques climatiques, ou encore la mise en place de règles pour limiter l’artificialisation des sols dans les nouveaux développements.

Au final le plan d’adaptation est un outil pour guider des projets qui visent à préserver la qualité de vie des citoyens, la santé des écosystèmes et l’intégrité des infrastructures. C’est aussi un moyen qui permet à tous les services municipaux de prendre en compte le climat changeant dans leurs activités quotidiennes en l’intégrant à la planification municipale.

En résumé

Au final, le plan d’adaptation est souvent utilisé comme une justification à la création de projets visant la préservation de la qualité de vie des citoyens, la santé des écosystèmes et l’intégrité des infrastructures. C’est aussi un moyen qui permet à tous les services municipaux de prendre en compte le climat changeant dans leurs activités quotidiennes en l’intégrant pleinement à la planification municipale.

Écrit par
Pascal Geneviève
Directeur Général

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *